Abonnement
Gunten-Index








MentionsLégales

Nicole TOURNEUR

Nicole Tourneur née le 9 août 1950 à Maisons-Alfort, décédée le 14 mai 2011 au Mesnil-Saint-Denis, est un écrivain français sociétaire à la Société des gens de lettres et membre à la Maison des écrivains et de la littérature. Elle a animé une chronique mensuelle sur Fréquence Paris Plurielle.

De santé fragile, elle vit une scolarité chaotique qui l'amène vers une formation supérieure de comptabilité. Suivant son mari, elle vit au Mexique pendant 7 ans. Quand ses enfants quittent la maison, elle se lance dans la littérature et écrit son premier roman Le dernier soleil. Les ouvrages suivants sont édités chez Gunten, puis chez Janus. Depuis 2007, elle se battait contre un cancer douloureux.


Livres

Laurie ou le souffle du papillon

Terre brûlante

Les fenêtres

Les Dieux sont servis

Passé compliqué

Nicole TOURNEUR c'est un sourire, un éclat de rire et ce roman. C'est l'histoire tragique livrée sans drame, sans gémissement d'une victoire sur un mal incurable avec par-dessus tout l'envie de vivre et la volonté d'être. Une écriture forte avec des mots fragiles. Le style d'une romancière. A un an Laurie est asthmatique. Depuis ce jour le parasite est en elle, sa vie est différente, elle ne peut pas être une petite fille comme les autres. Et Laurie d'aimer la vie sans savourer la sienne.

Nicole nous fait voyager avec son style, son talent toujours plus généreux. Il a les couleurs de la vie qu'elle veut belle à tout prix. Dans ce nouvel ouvrage, elle raconte la désunion d'une famille, la double vie d'un père recherché après son décès par ses enfants, deux garçons, pour qui le mot « père » ne représente que souffrance. Le trouveront-ils, le retrouveront-ils ? Avec Nicole rien n'est jamais terne ni noir, mais toujours poétique, irisé et juste. Les mots viennent du cœur et adoucissent ses images, ses observations et ses personnages. A parcourir de l'âme...

Nicole Tourneur nous emmène cette fois au Mexique, « Terre brûlante » qu’elle vénère. Elle parvient à faire partager sa passion pour ce pays à travers les personnages qui y vivent ou le vivent, générations après générations, voyageurs ou non, brûlant d’amour, de révolte ou de rien. Nicole allume le feu, un feu qui avec elle, crépite et réchauffe toujours.

Chaque nouvelle est une fenêtre par laquelle Nicole regarde, apprend et aime. Avec talent, entre humour et nostalgie, elle caricature cette « humanité » qu’elle observe sans jamais s’en détourner. Derrière ce chevalet original, sa plume est un véritable pinceau et ce ne serait plus Nicole Tourneur si les couleurs choisies n’étaient pas toutes des touches d ’espoir. Elle fait surgir ses personnages de partout, de nulle part, du quotidien ou des rêves avec poésie et détermination. Affectueusement mais sans complaisance, elle raconte la vie de l’enfance à la vieillesse.

Reléguées en second rôle, les pendules sont muettes. Justine dort quand elle a sommeil, elle mange quand elle a faim. Elle regarde rarement la télévision, les nouvelles alarmantes qui proviennent de l’extérieur la dépriment. Par contre, elle lit énormément et d’une façon différente, elle entre véritablement dans l’histoire, adopte les personnages, s’y attache si fermement qu’au moment de les quitter, elle a le sentiment d’abandonner une famille. Dans son huis clos, elle oublie son corps boursouflé et marbré, bouffi de cellulite, elle s’en détache totalement, il évolue de son côté et elle du sien. Quelle sera la durée de l’expérience ? Justine l’ignore. Cependant, elle soupçonne que son retour sera une renaissance. Elle quittera son cocon en tremblant, comme un papillon anémique, les ailes froissées et les iris écarquillés sur l’inconnu.