Abonnement
Gunten-Index













MentionsLégales

Patricia GAVOILLE


Originaire de l’est de la France, Patricia Gavoille cultive depuis l’enfance une parenté étroite avec les mots et avoue écrire depuis toujours. Passion récompensée par le prix des poètes de l’est à 19 ans, le prix Matenet l’année suivante pour des recueils de poésie .Après une formation littéraire, suivie d’un travail d’enseignante puis de psychologue, elle se consacre maintenant à temps plein à l’écriture. Doucement entourée de ses chats, Patricia Gavoille travaille plusieurs heures par jour et nous livre des romans à donner envie... de lire !


Livres

L'arbre dehors

La Retirada

Un homme sur le papier

Les tisserands des Lumières

Tome 1 - Jeanne-Catherine

Les tisserands des Lumières

Tome 2 - L'Eveilleur

Les tisserands des Lumières

Tome 3 - Rebecca

Que la guerre vienne !

  

Confitures amères

Jeanne, amenée par son fils Paul, arrive aux Espérels, centre de soins palliatifs. Mais elle n’est pas encore au bout du chemin ! Jeanne est vivante et le fait savoir : tour à tour caustique, sarcastique, tendre… et terriblement lucide. Riche de ce qu’elle porte en elle, elle apprend à mourir, jour après jour, comme auparavant elle avait appris à vivre. Et autour d’elle, les autres apprennent à «être».

Dans ce roman, La Retirada, Patricia Gavoille raconte comment des républicains espagnols fuyant leur pays sous l’emprise de Franco ont trouvé « refuge », « accueillis » à Miellin, camp de concentration dans les Vosges saônoises en 1939. Pas revancharde ni justicière, l’auteur, avec ses mots à elle parlant de leur souffrance, ne veut pas trahir ce que ces gens possèdent de plus cher, la dignité, mais au contraire la leur restituer.



Un vieil écrivain de grande renommée, Lucian Lucian, ayant décidé de vivre en ermite devient l’obsession de Lael, une jeune caissière paumée et solitaire dont la passion est de pirater les ordinateurs. Elle n’a qu’un rêve : le rencontrer.

Improbable rendez-vous…

Un jour de novembre 1758, un certain Baptiste arrive chez son ancien ami Jean-Jacques, humble tisserand de la ville. Celui-ci vit un amour secret avec sa voisine Jeanne-Catherine, veuve depuis peu, qui subit régulièrement les affronts violents des habitants. Pourtant elle sera la seule femme parvenue à obtenir la confiance de Bigeol le maître tisserand qui n’hésitera pas à lui confier un métier. Que vient chercher Baptiste en demandant asile, envoyé précisément là par Voltaire en personne ?

L’éveilleur, c’est Voltaire dont le talent aux multiples facettes est d’éveiller les capacités, l’inspiration, la curiosité, la générosité, qualités rassemblées sous la plume de Patricia Gavoille qui, n’oubliant personne, nous fait rejoindre Jeanne-Catherine et les siens. Nous prenons un immense plaisir à retrouver au fil des pages de ce tome 2 ces familles de tisserands en Héricourt et à Ferney auxquelles nous nous étions solidement attachés. Que deviennent donc les Sambin, les Bigeol et les Micard ?


Voltaire qui veut produire sa propre soie, envoie Jean-Jacques dans les Cévennes pour une saison afin qu’il apprenne le travail. Il devra aussi ramener Rebecca Sablayrolles, une huguenote qui demande asile à Voltaire. Suite et fin de la vie de Jeanne-Catherine, quelle maestria !


Vic cherche de vieilles photos au grenier, tombe sur d'anciennes lettres de sa grand-mère Victorine destinées à son amie Amédine. Jamais envoyées. En compagnie d Amédine, Vic découvre la vie, le calvaire de Victorine : elle attendait la guerre, une autre guerre, celle qui devait la libérer. Et Lucien, son époux est mobilisé en août 1914. Il est soldat dans l'âme, guerrier implacable... il revient honoré.


D’un côté la Petite, son héroïne, qu’il importe de soulager d’une enfance où les mots, comme autant de gifles, lui sont systématiquement jetés plutôt qu’offerts. De l’autre, la Mère, dont il faut accepter l’incompréhensible dureté et la rudesse pour pouvoir se construire. Patricia Gavoille, une fois de plus, pointe ce qui éreinte, dénonçant dans «Confitures amères» l’enfance maltraitée.