GUNTEN Votre compte
identifiez-vous
Votre panierNous
Contacter
A Paraître Nos auteurs
et leurs livres...
Catalogue
titres
Espace PRO La Presse et
nos auteurs
Catalogue général Les livres sont présentés par ordre alphabétique.

    
Ah « Ah ! Les braves gens », tout un programme que nous propose Jacques Peyrot dans ces nouvelles dans lesquelles il dépeint la société dans ce qu'elle a de plus burlesque. De « la fête à l’oncle Georges » à  « monsieur le maire » passant par « Arnold Antoine de Font » entre autres caricatures sorties tout droit de derrière le rideau rouge pourtant si réelles et bien observées...
L’ouvrage de Jacques Peyrot a ce petit quelque chose de talentueux qui évoque « les  Caractères »  de La Bruyère, promesse aux lecteurs d’un moment de lecture à la fois cocasse et divertissant.

B
 Catacombes 

L’océan n’était pas content. Cela se voyait à son eau sombre et l’écume qui le recouvrait. Saint Louis ne doit être qu’à une trentaine de milles au maximum. Notre sun est submergé par les vagues et lorsqu’elle sort de leurs ventres, les vêtements collés à son corps qui la moulent, on dirait une de ces sirènes que les galions d’antan mettaient à leur proue comme pour séduire l’océan et apaiser sa fureur.

B
 Catacombes 

Victor, étudiant en médecine, est à la recherche de son père ainsi que des causes de son décès à l’hôpital de Besançon. Cela le conduit à faire des découvertes macabres liées à un terrible secret qui le mènera jusqu’aux catacombes du Square Castan, lieu archéologique privilégié. Ajoutées à l’originalité, des notes d’humour très caractéristiques n’enlèvent rien à un soupçon de cruauté qui épice l’ouvrage.

Mystères dans la ville
B
 Catacombes 

Marie-Odile raconte comment un éminent philologue Edmond Dulongrais se croyant de plus en plus en retrait, Barbare, est en réalité plus humain, plus sensible que jamais. Un personnage charmeur, un rien cabotin à qui elle donne le rôle de sa vie. Le Barbare est un étranger au sens antique grec et romain que Marie-Odile civilise pour leur plus grand plaisir à tous deux ainsi qu’au nôtre. L’originalité de l’œuvre est le raffinement de son style, son élégance, sa classe, sa rareté. Et malgré elle, malgré sa modestie, Marie-Odile est une romantique.

B
 Catacombes 

Directeur d’un Conservatoire de musique et de danse, René FERREAUX nous propose ce fantastique outil d’accès à la connaissance.Avec cet ouvrage, vous pourrez, d’un simple regard, en partant d’un personnage, retrouver son environnement artistique, scientifique ou historique. Divisée en 149 périodes, cette chronologie est répertoriée en 8 catégories : Musique, Littérature-Théâtre, Peinture, Sculpture, Cinéma, Architecture, Histoire et Découvertes scientifiques.

B
 Cigarettes littéraires 
Dans cet ouvrage, Daniel DESTARAC nous propose de suivre les cours impossibles d’un impossible Martial, Professeur de lettres impossibles. La didactique, la rhétorique appâtent l’attention, puis l’idée est de nous abreuver, nous nourrir, nous amuser même, pour mieux nous abuser, nous perdre, repus et abasourdis.
Indispensable pour préparer son bac de Français !
B  
 Jardins intérieurs
La descente aux enfers de deux adolescents dépassés par leurs jeux de rôles. Un «casse» qui tourne mal, deux vies qui dérapent, une en prison et l’autre qui s’arrête sur le pavé. L’auteur, auteur du «Beau monde», talent confirmé qu’il met volontiers au service des plus petits et des opprimés. Avec des accents de Zola ou de Céline, l’Aécriture de Lambert n’emmène pas loin des cages mais aide à les supporter, voire à les combattre. Au bout de ses phrases des plages de liberté. La vie réelle, toile peinte pour être déchirée, est décrite comme un verre qui tremble sans cesse et partout.

B
Ames
Dans son récit « Des âmes vives », François-Xavier Perthuis nous livre le très touchant témoignage d'un jeune enfant marqué par le décès de sa petite sœur, comment naufragé dans sa solitude il sortira de ses années blanches, comment le refus de l'oubli et la présence de cette petite sœur au plus profond de lui, donneront tant d'élan à sa vie jalonnée de belles réussites et d'instants infiniment bouleversants.

 Jardins intérieurs
Ah revoilà Eglantine, Yvonne Gabillet-Pernot après «la maison qui monte», «Instants captifs» relatés, affranchis sous sa plume. Ils s’envolent comme des oiseaux migrateurs. Les bruits de leurs ailes, autant de mots d’Yvonne que l’on va recueillir, adorer et dont on va attendre… le retour. Un auteur qui ne s’impose nulle autre exigence si ce n’est celle que réclame la vitesse du temps, afin d’en saisir quelques bribes pour les déposer sur sa cheminée…
B
 Jardins intérieurs 
Théâtre.

Pièce suivie de "La parenthèse du mimosa" et "Réflexions canines"

Toute l'ironie d'un auteur présenté à Avignon.

B
 Jardins intérieurs 
C’était notre grande sœur, nous la considérions un peu comme notre seconde mère. Nous nous passionnions, ma sœur et moi, pour sa liaison avec son prince charmant. C’était dans nos bouches le fameux refrain :
« Oh, la menteuse, elle est amoureuse ! ».
Lui jurait qu’il l’aimait ! Et puis tout a basculé, sa vie et la nôtre.

B
 Jardins intérieurs 
Allongée, immobilisée dans un lit d'hôpital suite à un grave accident de cheval, Estelle déroule la bobine de souvenirs, du dessous de la table où elle se cachait petite au jour où elle était devenue avec abnégation Madame Alphand Antoine. Dans ce couple sans vie comme de ces fleurs sans parfum qu'il lui avait apportées était né un fils Axel dont elle eut peu de nouvelles lorsqu'elle fut rejetée et mise à l'écart par son mari.

B
 Jardins intérieurs 
A l’écoute des autres avec son ressenti, son vécu, ses mots, ses phrases, Mona nous livre ce livre comme elle se livre, elle-même. Psychologue et philosophe à la fois, elle nous fait franchir les portes du visible à l’invisible, de l’ombre à la lumière. Ses textes, ses livrets et ses poèmes viennent des profondeurs « d’hier, d’ailleurs, d’avant » pour se jeter dans demain…
B
 Jardins intérieurs
Jeanne, amenée par son fils Paul, arrive aux Espérels, centre de soins palliatifs. Mais elle n’est pas encore au bout du chemin ! Jeanne est vivante et le fait savoir : tour à tour caustique, sarcastique, tendre… et terriblement lucide. Riche de ce qu’elle porte en elle, elle apprend à mourir, jour après jour, comme auparavant elle avait appris à vivre. Et autour d’elle, les autres apprennent à «être».
B
 Jardins intérieurs
Stéphane BOUDY revient d’un voyage à travers le temps et les hommes. L’avion-musique se pose, il est à bord, chamboulé, bouleversé mais joyeux et fier de relater sa guerre d’Indochine avec ces autres qu’il aime tant. La guerre d’Indochine relatée à sa façon.

B
 Jardins intérieurs 
Lors d’un voyage à Louxor, la narratrice, une femme de tête dans la force de l’âge, rencontre Yasser, un bel Égyptien trentenaire et fauché, masseur de plage de son état. Ce magnifique roman très actuel témoigne d’une véritable aventure sentimentale qui, à travers de multiples rebondissements, nous montre comment l’amour le plus improbable peut survivre au choc des civilisations
B
 Jardins intérieurs 
Dominique Duprey est né à Rouen en 1950. Il est père de deux enfants. Poète, romancier, pianiste… et psychothérapeute. Professionnel non académique, formé à plusieurs démarches qui réveillent et libèrent l'énergie profonde de l'être humain, il explore le vécu à travers le souffle, le son, le rêve, la psycho-généalogie, la mémoire des cellules du corps et de l'âme. 
B
 Jardins intérieurs 
De quelle enveloppe s’agit-il ? Un papier abandonné sur un meuble ? Est-il destiné, oublié, en attente ? Ou s’agit-il d’une enveloppe de chair et de sang destinée, oubliée, en attente ? Une femme, Vicky, raconte sa vie à la recherche de son père, comme un voyage. Pourtant, pour elle, passé, présent, futur ne sont pas que des escales, des gares, des rêves de nuit tendres ou des journées de cauchemars.
B
 Jardins intérieurs 
Laurent, vingt-trois ans, bien, "con" dans sa vie, part à la recherche de son ami Nicolas, disparu un jour en Indonésie. Il en profite pour découvrir. Finalement tout découvrir, un pays entre torpeur et nonchalance, couleur et rigueur, un ami et peut-être un peu lui... Un voyage insolite sans cliché, une recherche sans à tout prix, mais avec des craintes, des angoisses, des libertés provisoires, conditionnelles, des espaces emprisonnés. Stéphane Boudy décrit la vie sans l'enfermer. On suit l'observateur subtil et plein d'humour qu'il est. Beaucoup de talent.

B
 Jardins intérieurs 
J’ai vécu 15 ans avec Patricia. Sans penser à la précarité de l’existence. Un vilain cancer est venu la prendre et Patricia a quitté son habit de chair pour s’envoler vers l’immensité; le jour de la Saint Olivier voici bientôt six ans.
Le lendemain, tôt le matin, le jour se levait à peine, je suis descendu dans le salon. Je me suis installé sur ma chaise, doucement, pour ne pas réveiller mes enfants. J’ai pris ma plume et j'ai laissé l’encre dessiner l’histoire que Patricia me soufflait à l’oreille
B
 Jardins intérieurs 
L’infini regard de Claude Clair, un roman et son auteur exceptionnellement imbriqués. Pourtant, un texte hors de soi, de lui, qui décrit des personnages, des morceaux de vies, braquant sur eux la lumière par instant, puis les projetant dans l’ombre et ainsi de suite. Une approche sur l’évolution de l’homme, sa transformation, ses capacités à être livré à lui-même et aux autres. Cet infini regard nous éclaire et ce regard à l’infini nous interroge… 
B
 Jardins intérieurs
Dans l’Ogresse, trois nouvelles se chahutent la première place, pleines du talent d’un auteur aux qualités tant humaines que littéraires. L’une décrit comment Marjolaine se débat avec l’ogresse dans une vallée de Franche-Comté. Une autre raconte le couple, le quotidien, l’amour et la séparation. La troisième parle d’Albanie et de prison.
B
Ortho
Depuis 20 ans, Bernard Fripiat donne ces trucs en réponse aux interrogations des patrons, assistantes de direction, commerciaux qui s'inscrivent à ses stages d'orthographe. Son but : lutter contre la honte de faire des fautes, pire ennemie de l'apprentissage. Chaque truc renvoie à un épisode de la série humoristique « Orthogafe.com » accessible sur YouTube, ce qui vous permettra de rire de l'orthographe en famille.
B
 L'île ronde 
Cet ouvrage nous aide à fuir le quotidien, nous embarquant loin... sur une île de l’archipel canadien. En passant par la passion, l’amour même, tout le monde se pose, aimanté par la beauté de l’endroit, pour vivre avec des personnages toujours en liseré... En liseré du bonheur, du charme, de la sérénité, de la vie, de la mort, mystérieux, engouffrés, presque enlacés dans une sombre histoire : crime ou suicide ?

Suspense en botanique.
B
Brileuse

Nous retrouvons Mathilde qui, sortie de ses enfers grâce à Baptiste, son sauveur éperdu d’amour, devenu son mari, va se reconstruire peu à peu, fonder une famille et réaliser son rêve de toujours : vivre au milieu des chevaux, sa passion. Baptiste, comblé également, lui offre la possibilité de s’épanouir en redoutable professionnelle de l’élevage. Une vie douce et sereine semble régner à « La Brileuse » chez les Langevin… Jusqu’à ce que le passé rattrape amèrement le présent… Ce passé s’appelle Pierre, qui resurgit, plus conquérant et diabolique que jamais…
B
 L'île ronde 
La carrière et l’enfant est le roman qu’il faut lire pour se rafraîchir l’âme.
Zola aurait aimé Claude Yves Bailly pour le réalisme, la poésie et la générosité de ce texte qui en font plus qu’un texte.
Histoire vraie, drame vécu par quatorze mineurs emmurés dans l’antre d’une carrière qui se referme sur eux.
Le même jour, l’enfant de l’un d’eux a un accident dans la cour de l’école. Il tombe dans le coma.
Son père et lui reviendront-ils des ténèbres ?
Claude Yves Bailly, "roi des z’aulnes", n’en est pas à son coup d’essai.
Comédien, metteur en scène, il est également l’auteur talentueux d’une chronique paysanne et humoristique : Les tournesols ne meurent jamais. La troupe théâtrale et l’ouvrage connurent un franc succès.
Claude Yves sait faire rire, sourire et… attendrir.

La solidarité des mineurs est universelle.
B
 L'île ronde 
Par son écriture d’écorchée vive, une femme battue crie à toutes les femmes son humiliation pour qu’elles trouvent comme elle le courage de briser les murs du silence de l’enfer. La solitude dans la douleur.

"Je me fous des pourquoi, des comment, des adverbes, des compléments de temps et de lieux, des Freud, des Lacan ou leurs disciples.
Je crie parce que je n’ai plus mal, c’est tout."
B
 L'île ronde 
Jacques Briard avait entendu parler, il y a longtemps de cela, d’une femme née sans bras qui se produisait dans les music-halls de France, entre 1920 et 1940 sous le nom de scène de «Vénus de Milo». Le destin, hors du commun de cette femme l’a intrigué et après de minutieuses recherches lui ayant appris qu’elle avait connu une certaine célébrité, il eut envie de raconter sa vie et d’en faire une oeuvre de fiction.
«Pour Jacques Briard, comme un défi relevé, comme un rêve réalisé, pour nous lecteurs, un bel ouvrage fort passionnant.»

A noter la délicatesse et la précision d’un auteur qui ose un récit racontant une histoire vraie bouleversante et captivante.
B
 L'île ronde 
Ce livre développe une méthode de culture simple, à la portée de tous ainsi qu’une évocation de l’histoire passionnante de cette fleur pour les plus curieux... Connue depuis les temps les plus lointains, la fleur d’or irise les jardins, illumine nos villes. Plante d’hier et plus que jamais fleur de demain... Sa beauté n’a d’égale que sa facilité à être multipliée. Elle s’ouvre à vous au fil des pages... Son histoire, sa culture, les principales variétés. Illustré de 95 photographies couleur.

Une fleur qui décore nos villes... A découvrir
B
 L'île ronde 
"La maison qui monte" ou le journal d’Eglantine dans lequel Yvonne Gabillet-Pernot ouvre sa boîte aux fils, comme la lune ouvre dans le ciel une parenthèse où elle accroche ses instants à elle : les relativiser pour ne s’intéresser qu’à ceux des autres. Si la lune est en gondole, on gage que le lecteur de ce journal inattendu… rêve et navigue avec Eglantine… au gré tout de même de ses humeurs. Derrière cette abnégation qui la fait sauter du coq à l’âne avec la légèreté qu’elle semble devoir à la gravité, le talent de cet auteur n’est pas que d’écrire.

Une nuit d’août lointaine, nuit d’amour, elle veut le croire, elle fut conçue...
B
 La mélodie préférée 
Arnaud FRIEDMANN signe son deuxième roman. C’est l’histoire d’une rupture. Histoire banale ? Non, elle ne l’est pas. Lui, il n’aime plus. Elle, elle meurt dans les mots de la rupture accompagnés de leur mélodie préférée. Histoire sombre ? Oui. Des solitudes, des caricatures, des rencontres sans demains. Histoire insolite aussi. De la femme qui renaît folle, meurtrière, différente. Et surtout, histoire écrite, balancée, mélodieuse.

Une belle mélodie mélancolique
B



 La mélodie préférée 
Joyeuse, elle se rendait à la fête du village, traversant la campagne provençale ensoleillée et parfumée. Tout lui souriait. Elle ignorait qu’elle allait être victime d’un viol des plus horribles. Nous sommes en mai 1940 Une vie à rechercher les auteurs de ce geste et à mûrir une vengeance. Une haine au service d'un combat interdit.

Une vengeance peu commune racontée par Gilbert Pastore...
B
 La mélodie préférée 
Le commissaire Mattéoli les reçoit avec l’inspecteur-chef Renard. C’est un cas, Mattéoli, un vrai flic, compétent, dur et relativement compréhensif. Par dessus tout, il aime l’ordre et a horreur des dealers, des macs et des petites fesses de banlieue qui jouent les durs, amenant l’insécurité et déchaînant les passions, la peur et la chienlit. Il aime Marseille, sa Corse, la République et son métier qu’il exerce comme un art. Depuis 10 ans il fait partie d’Interpol. Arrivé la veille à Marseille pour la sortie de Gilles, il veut savoir, Monsieur le commissaire. Il est tenace.

Un polar de Gilbert Pastore
B
 La mélodie préférée 
Nicole TOURNEUR c'est un sourire, un éclat de rire et ce roman. C'est l'histoire tragique livrée sans drame, sans gémissement d'une victoire sur un mal incurable avec par-dessus tout l'envie de vivre et la volonté d'être. Une écriture forte avec des mots fragiles. Le style d'une romancière. A un an Laurie est asthmatique. Depuis ce jour le parasite est en elle, sa vie est différente, elle ne peut pas être une petite fille comme les autres. Et Laurie d'aimer la vie sans savourer la sienne..

Un roman sur l'asthme, vérités et volonté...
B
 La mélodie préférée 
Voilà, bientôt minuit, le beau monde s'achève sur une note de confiance dans le lendemain. J'aurais volontiers accompagné ses héros pendant plusieurs épisodes encore, mais bon, ils vont tracer leur route, fouetter d'autres chats, fêter d'autres chiens...
En quelques lignes, chacun avec ses mots, l'auteur sait nous les rendre proches, attachants, remarquables de force, de solidarité, d'humanité. Tous ces métissages de culture, de langues, de destins, il nous les montre "pour de vrai", loin des clichés et des idées reçues du monde médiatique.

Un roman engagé...
B
 La mélodie préférée
Roman de Danièle Jankowski dans lequel avec le sien elle raconte comment une histoire d’amour est devenue possible entre deux personnes que tout opposait, Emilie la jeune prof de Lettres, romantique et Lionel, Responsable d’un centre équestre qu’il doit gérer seul , cavalier émérite, un brin farouche et déjà aguerri par la vie et les femmes qu’il a tendance à fuir.

Un beau roman dans le milieu équestre
B
 La mélodie préférée 
Angelo, au crépuscule de sa vie, fait le point. Il a tout faux ! Depuis son départ jusqu’à son retour à Marseille, via l’Indochine qui est l’épicentre de son existence. Amour, aventures, amitié, tout lui a échappé. Une déroute comme celle de CAO BANG !... et pourtant...

Gilbert Pastore nous conte à sa façon l'Indochine...
B
 ch
Si, souvent les nuages aiment tant traverser les sommets du Jura ils ne sont pas les seuls. Dans le creux des vallées, jalousement gardées par des sapins centenaires, des légendes que l'on croyait enfouies dans les mémoires, font semblant de dormir...

Quand la folie rejoint la réalité.
B
 Le Juge et le Ministre 
“Le grondement de la mer, en face, ça la changeait aussi, la rendait presque gaie. Elle croyait qu’elle pourrait passer sa vie comme ça, assise sur son tabouret sans s’ennuyer. Maintenant elle s’ennuie, les regards des gamins l’agacent. Elle a mûri. Elle sait qu’ils deviendront comme leurs parents, ça ne la fait plus rire.” Sous la plume d’Arnaud FRIEDMANN, trois destins s’enchevêtrent sur un chemin au bord de la mer. Des adjectifs, simplement, essentiels. Des impressions précises. Des phrases habiles sur des vies bousculées, confuses. Le sujet pourrait être grave mais il y a autre chose, quelque chose d’autre, quelque chose comme l’amour qui cherche à passer.

Premier roman d'Arnaud Friedmann, un régal...
B 
 Le Juge et le Ministre 
Comédien reconnu, auteur confirmé d’essais et de romans, Bernard FRIPIAT est passé maître ès caricatures. Daumier les a peintes, Bernard les met en scène. La lumière de son projecteur est impitoyablement crue. A jour frisant, il dévoile l’implacable univers d’une jungle sans frontière. Grâce au talent irrésistible de Bernard on rit beaucoup... jaune.

Pièces jouées à Paris et en Belgique. Magnifiques !
B  
 Le Juge et le Ministre 
Promenade historico-touristique, romancée, à l’usage de tous, autour des ruines médiévales du Jura. Destinée à raviver l’imagination enfantine du lecteur, afin que, sa curiosité éveillée, il prenne bonnes chaussures, un vélo et parte à la découverte de quarante vestiges offrant une vue incomparable sur tout le département. 50 illustrations et 40 cartes pour vous accompagner tout au long de votre balade... De nombreuses propositions pour agrémenter votre périple par des pauses gourmandes...

L'Histoire du Jura en se baladant.
B 
 La mélodie préférée 
« Un mois de novembre frais, une fin d'après-midi triste comme seul un mois de novembre sait l'être ici, le tout arrosé d'une petite pluie fine et d'une nuit qui s'installe pour quelques heures. La ville de Lyon est semblable à elle-même. Monsieur Jean-Marc Vinéa avait les orteils froids car depuis 90 minutes, montre au poignet, il faisait le « pied de grue » dans un couloir d'immeuble du cours Lafayette. Il avait, dans son attente scrutatrice de la porte d'entrée du bâtiment en face du sien, tout analysé, tout pesé, depuis la pluie mesquine et insidieuse qui commençait à l'humidifier, jusqu'au faible trafic des passants. Pour l'instant, tout se résumait à supputer s'il y avait ou non une sortie qu'il n'aurait pas repérée dans l'immeuble qu'il surveillait. Monsieur Vinéa se demandait aussi si Madame la député allait rester encore longtemps dans cette maison.

Une enquête dans les milieux politiques...
B
 Les Raisons de vivre
Le 22 novembre 1900, mourait, dans la solitude Maître Théophile PARDASE, accusé de détournement de fonds et abandonné par les siens. Pour se venger il décide qu'héritera de son "magot" celui de ses descendants qui aura 27 ans le 22 novembre 2000. Histoire des membres d'une famille qui courent après un trésor les poussant à s'entretuer. 

Suspens par Bernard Fripiat... A lire soigneusement jusqu'au bout.
B
 Les Raisons de vivre
Cinquième roman d’Elisabeth Monnot qui met son talent au service d’une histoire vécue avec toujours la même simplicité et la même générosité. Léa est sans nouvelles de Bernard depuis 1998. Une disparition étrange dans un petit matin frileux de mars. Elisabeth Monnot raconte cette attente et cette recherche que vit Léa sans jamais se résigner. 

Il me semble que, si j’étais chez moi, j’aurais moins peur....
B
 ch
Quel rêve hante Emilie Acquaviva et la pousse à vouloir fuir l'île - la Corse, la maison de son père à Valle di Paraso, paradis au pays des oliviers ? Enfermée dans une « faute » impossible à révéler, Emilie parviendra-t-elle à aller à la mer et à échapper à ce qui la poursuit. Lente descente aux enfers à l'issue inattendue, VALLE DI PARASO décèle la puissance obscure de l'inconscient par des mots jamais anodins, des couleurs jamais innocentes. La Corse d'avant-guerre avec ses coutumes et sa manière de vivre est omniprésente, rude et splendide. Une écriture qui coule comme l'eau et nous emporte passionnés grâce à un style dont on s'éprend. Une histoire – un destin de femme sous la plume d’un homme, gageure et réussite d’un écrivain d’une rare sensibilité. Une écriture, une histoire… un cadeau aux parfums d'encens et d'interdits.

Premier tome d'une saga familiale. Magnifique !
B
 ch
Pendant trois jours, deux hommes vont s’affronter au bord d’un lac du Haut Jura. Ils se sont connus dix ans auparavant à Constantine, appelés de la Guerre d’Algérie. David Norbier retrouve avec angoisse Michel Acquaviva. Michel est en homme le sosie, presque le frère jumeau, de Djamila, l’algérienne qu’il a aimée et ne peut oublier. Djamila assassinée par le FLN pour s’être fiancée à un soldat français. De sa mort, David se sent responsable. Revoir Michel ravive ce « deuil », repose des questions demeurées sans réponse : Pourquoi Michel lui a-t-il présenté Djamila, l’a-t-il quasiment jetée dans ses bras ? Pourquoi, auparavant, avait-il pris sur lui une emprise calculée et absolue ? En lui, montagnard rude et inculte, que pouvait trouver ce fils de famille cultivé, élégant, d’un charme et d’une beauté auxquels personne ne semble résister ? Est-ce gratuitement qu’il l’a « éduqué », lui donnant le goût de la lecture, des arts, de la musique, qu’il a refaçonné sa personnalité en lui apportant aisance et confiance en lui et qu’enfin, avec Djamila, il lui a donné femme ? Une nuit d’orage dans le massif du Risoux, un drame éclatera qui apportera la réponse, révélant le vrai visage passionné et douloureux de Michel, le « bâtard » né en Corse d’une mère, Emilie Acquaviva, disparue à sa naissance, et d’un père inconnu...
B
 ch
Après la mort de David son père, Mélina Norbier découvre dans son secrétaire un tableau inconnu, rien que bleu, LE TABLEAU BLEU. Qui l’a peint ? Michel Acquaviva, un ami de son père durant la guerre d’Algérie, décédé depuis vingt ans. Mélina partira en Corse à la recherche de ce que fut cet homme dont son père n’a jamais parlé, bien qu’il ait hérité à Valle di Paraso de sa maison et d’un domaine de vignes et d’oliviers. Qu’apprendra Mélina de cet homme secret dont Saveria, la vieille servante des Acquaviva, dira qu’il exerçait une magie sur tout, à tel point « que même la terre, même les pierres, même le sable l’aimaient… » ? Va-t-elle à son tour en tomber amoureuse ?
Tombe-t-on amoureuse d’un mort ? Non. Mais un disparu peut vous mener invisiblement vers l’amour d’un vivant. Lequel sera ce vivant des deux hommes qu’elle rencontrera, jaillis soudain de l’histoire de David et Michel, d’Emilie mère de Michel ? Histoire tragique que Mélina « réparera » instinctivement par son goût du bonheur, sans parvenir à en soulever tout à fait le voile, mais qu’auront révélée au lecteur Valle di Paraso et Trois jours dans l’été.
B
 Les dieux sont servis 
Justine quittée par David un matin après une dispute, elle ne veut pas encore d’enfant, elle déteste le petit-déjeuner au lit...Est-ce bien tout ? Une Justine alors abandonnée, perdue qui se souvient de Lili, une tache d’humidité dans la maison de son enfance, à laquelle elle se livrait. Une Justine confuse qui se prend les pieds dans les plis et les replis de sa vie qu’elle déroule... Une Justine qui descend... au fond...

Oeuvre purement originale... Un autre Tourneur.
B  
 Les dieux sont servis 
"Recueil de nouvelles humoristiques et satiriques, sur la vie quotidienne d'une femme de 40 ans avec ses "étouffe-chrétien". Membres de la famille, collègues de travail, amant, amis, animaux, médecin… tous ceux qui donnent couleurs à sa vie…" Attachants au demeurant, l'héroïne les aime et ils lui rendent bien, parfois même un peu trop… Chacun se reconnaîtra à travers ces tableaux dépeints avec lucidité et sentiments.

Amusant, caustique...
B 
 Les dieux sont servis 
Chaque nouvelle est une fenêtre par laquelle Nicole regarde, apprend et aime. Avec talent, entre humour et nostalgie, elle caricature cette « humanité » qu’elle observe sans jamais s’en détourner. Derrière ce chevalet original, sa plume est un véritable pinceau et ce ne serait plus Nicole Tourneur si les couleurs choisies n ’étaient pas toutes des touches d ’espoir. Elle fait surgir ses personnages de partout, de nulle part, du quotidien ou des rêves avec poésie et détermination. Affectueusement mais sans complaisance, elle raconte la vie de l’enfance à la vieillesse.

Des nouvelles pour s'envoler avec Nicole
B 



 Les figurants 
Troisième ouvrage de Stéphane BOUDY, des nouvelles pour « pointer du doigt le déséquilibre, trouver la vérité : immense plaisir de l’homme à quelques bières du coucher ». Pour le lecteur, plaisir encore plus grand, suivre avec lui l’humain dans la vie, acteur et spectateur tragi-comiques. Mine de rien, avec insolence, humour, talent, un soupçon de détachement, Stéphane raconte le bal, un grand bal, celui du temps.

Caricature de la société, du Daumier en écriture...
B  
 Les dieux sont servis 
Dans ce roman de Laurence Alfonsi, on assiste d’abord à l’essor d’une nouvelle guerre froide : lancement de la troisième ère de l’esclavage, puis on découvre les affres d’un système social conçu comme une vaste machination, au service d’une démocratie de façade où peu à peu apparaissent les détails d’une douloureuse logique mortelle. Gaby saura-t-il faire triompher la vie au-delà de la mort, la volonté au-delà de la souffrance, l’audace du chercheur au-delà des frilosités serviles ? Avec Gaby, Laurence fait éclater des vérités qui lui tiennent à cœur… et gratte sur le papier son amour pour la liberté… Dans ce deuxième roman, après l’Île ronde Laurence Alfonsi garde un talent précieux : « L’art de trahir les apparences banales »… et de dénoncer des « mailles du filet ».

Un roman sociologique d'actualité.
B 
 Les Parallèles de Riemann 
Un père, une mère, des enfants sur des routes pour toujours parallèles, cruellement parallèles, courbes suivant le principe mathématique de Riemann jusqu'à se rejoindre peut-être... A découvrir, le père qui vit dans le morbide souvenir de sa fille cadette morte à 10 ans et dans le refus du « dernier », la mère qui aimera celui-ci jusqu’au bout de l’enfer, Aimé, fou dans sa bulle, dans son antre…. Le destin prendrait une forme géométrique ?

Une oeuvre d'art sensible et fine.
B
 Les dieux sont servis
 Les questions d'Aurélien
Tome 1 : Mais qui a foutu le bordel en 814 ?

« Les questions d’Aurélien », cycle historico-comique, par Catherine HAGUE et Bernard FRIPIAT. Dans le livre I, Aurélien, étudiant en doctorat d’histoire et vivant au XXIIème siècle doit faire sa thèse sur les Carolingiens. Afin d’approfondir ses connaissances, il est « transporté » à cette époque en compagnie d’un « cousin Maurice », sorte d’androïde lui servant de mentor. La règle d’or : ne pas intervenir sur le cours de l’Histoire mais juste regarder... Aurélien est trop dissipé. Evidemment, connaissant Catherine et Bernard rien ne va aller comme prévu. Les tribulations de notre héros vont nous faire connaître un peu plus la vie au IXème siècle et peut-être répondre à cette question : Mais qui a foutu le bordel dans l’Europe en 814 ?

Un roman historico-comique... Apprendre en s'amusant.
B 
 Les Raisons de vivre 
Entre l’enfant qui espère et l’écrivain à l’âme en bandoulière, il y a un homme à la rage intérieure qui le fait souffrir lorsque les autres souffrent et qu’il essaie de dominer à sa façon pour les aider et lui donner sa raison de vaincre pour eux, pour lui. Avec ce premier roman Hervé PIERRE rejoint la collection Adélaïde à grandes enjambées nous faisant connaître des personnages, et avec talent ses personnages nous conduisent adroitement à lui.

Un défi, une lutte pour se dépasser.
B
 Les Raisons de vivre
Les Rendez-vous de Toussaint pour permettre à Yves Couturier de conter les vivants et les morts de la famille de Rémi dans laquelle il nous fait entrer avec respect et émotion.
Des grands-parents aux belles-filles, passant par les petits-enfants, les cousins, les cousines, les voisins, les amis, les destins se cousent et se décousent au fil des affections ou des afflictions.
Le maître, un auteur qui tisse leurs jours comme un tissu, solidement certes mais surtout délicatement sans déchirer ni froisser. Un cousu main, une broderie rare, jamais désuète.
Nostalgiques, tristes parfois mais jamais amers, nous ne manquerions ces rendez-vous.
Un dé d’or à Yves Couturier qui, aussi, signe haut et fort ses sentiments comme ses engagements.

Le vent du nord papote avec quelques vieux corbeaux noirs. La Toussaint d'hier a battu son record de chrysanthèmes. Les morts rêvent de toutes les couleurs...

B
 Les Raisons de vivre
Un jour de novembre 1758, un certain Baptiste arrive chez son ancien ami Jean-Jacques, humble tisserand de la ville.
Celui-ci vit un amour secret avec sa voisine Jeanne-Catherine, veuve depuis peu, qui subit régulièrement les affronts violents des habitants. Pourtant elle sera la seule femme parvenue à obtenir la confiance de Bigeol le maître tisserand qui n’hésitera pas à lui confier un métier.
Que vient chercher Baptiste en demandant asile, envoyé précisément là par Voltaire en personne ? Et qui est Micard, le lieutenant de corporation, dont l’épouse vit cachée aux yeux du monde ?
Habile, Patricia Gavoille nous lie coeur battant à ses personnages dès le premier tome de cette trilogie sur fond de querelles religieuses en plein siècle des Lumières.

Le premier tome d'une trilogie humaniste...
B
 Les Raisons de vivre
L’éveilleur, c’est Voltaire dont le talent aux multiples facettes est d’éveiller les capacités, l’inspiration, la curiosité, la générosité, qualités rassemblées sous la plume de Patricia Gavoille qui, n’oubliant personne, nous fait rejoindre Jeanne-Catherine et les siens.
Nous prenons un immense plaisir à retrouver au fil des pages de ce tome 2 ces familles de tisserands en Héricourt et à Ferney auxquelles nous nous étions solidement attachés. Que deviennent donc les Sambin, les Bigeol et les Micard ? Qu’en est-il de leur courage, de leur ferveur ou de leur foi, de leur humanité, leurs malheurs et leurs bonheurs ? Ensemble, ils façonnent grâce à l’auteur un tissu de plus en plus chatoyant, trame d’audacieuses bravoures et d’aspirations tout juste nées des Lumières.
Gage que l’on s’entiche pour de bon de Patricia Gavoille et de tous ses personnages.
De la pensée de Voltaire à la réalité...
B
 Les Raisons de vivre
Voltaire qui veut produire sa propre soie, envoie Jean-Jacques dans les Cévennes pour une saison afin qu’il apprenne le travail. Il devra aussi ramener Rebecca Sablayrolles, une huguenote qui demande asile à Voltaire.

"La tête inclinée sous la dentelle qui borde son bonnet, la crémière regroupe les achats sur un large papier gris étalé devant elle. Elle en replie habilement les bords en forme de cornet, pointu à la base, évasé ensuite, dont elle rabat solidement le dessus. Debout derrière son comptoir, elle se hâte, sourit, bavarde aimablement cependant que ses mains rondes s’affairent sans discontinuer. Ce matin, la boutique ne désemplit pas et elle a fort à faire. Derrière le petit garçon, la file ne cesse de s’allonger : d’abord trois femmes, l’une d’entre elles avec un nourrisson endormi dans les bras, puis une grand-mère, tremblante, courbée sur un solide bâton qui semble la tenir debout et, enfin, une toute jeune fille qui vient juste d’entrer, les joues rougies par la froidure du dehors..."

Suite et fin de la trilogie. Poignant !
B
 Les Raisons de vivre
Valérie Niochet propose de découvrir une histoire fantastique intitulée « Les trois grimoires » dans laquelle elle mêle astucieusement l’irréel et le réel conduisant le lecteur aux frontières des mystères. Avec elle, on perce le secret d’une famille qui porte le lourd fardeau d’un héritage représenté par trois livres possédant des forces maléfiques. D’une brocante ordinaire on part avec Erine la petite héroïne à la rencontre de personnages ténébreux dans une aventure aussi énigmatique que fascinante. Après de périlleux déboires engendrés par l’acquisition fortuite d’un de ces grimoires, Erine nous embarque dans un univers au-delà du réel.
Valérie Niochet mène parfaitement l’intrigue d’un style bien adapté et bien senti.

Fantastique !
B
 Les Raisons de vivre
Après « Chronique d’un Barbare » et « Khephren » Marie-Odile Goudet signe son troisième roman, « La flottaison ». Elle nous revient avec Judith, l’héroïne, qui elle part, quitte tout à la mort de son mari, Harry. Elle se raconte, enfant en Lorraine, puis là sans Harry, sans famille, en Guadeloupe où elle a échoué comme en exil. Elle a tout délaissé, ses propres enfants, ses frères et sœurs emportant sa douleur. Amarrée à l’amitié d’Eudoxie, Judith est déracinée des Vosges de son enfance dont elle est encore toute rosie. Elle surnage, douloureuse mais bien vivante, obligatoirement vivante, trouvant comme il se doit sa ligne de flottaison… qui la ramènera aux siens. Et le lecteur, lui, pendant ce temps-là d’être enchanté par Judith, ravi par Marie-Odile qui capture littéralement. Un doux piège que ce roman aux allures des plus grands. 

Du "Marie-Odile Goudet", que dire de plus ?
B
 Les Raisons de vivre
Un ouvrage qui consacre l’art au rang qu’il mérite, au rang le plus beau c’est à dire proche de chacun de nous. Fatma Omar choisit à juste titre la sculpture, cet art troublant qui seul permet de matérialiser la lumière, le temps, l’équilibre. Le héros de son roman, Settir, est cet artiste qui grâce à la rencontre de Socco, son maître va chercher tout au long de sa vie à créer l’œuvre à travers laquelle il se révèlera à lui-même. C’est cette quête que Fatma nous raconte dans un style bien à elle, avec la poésie et la rigueur des grands contes moralistes. Le récit se déroule en Egypte il y a quelques siècles… Voyage d’argile, de pierre, de marbre et de bois, autant dire merveilleux… Destination : bonheur… Arrivée : tout près de soi.  

Premier roman de Fatma Omar... Un régal.
B
 Alch
Thierry Polcas décide d’écrire un nouveau texte et disparaît sans laisser d’autres traces… durant une année…  C’est cet ouvrage que vous allez découvrir... un voyage que vous allez faire à travers les âges, un voyage philosophique original, intemporel, de la Roumanie à la Russie, de la Russie à l’Italie, de l’Italie à l’Allemagne, d’une époque à l’autre. Thierry Polcas nous fait rencontrer les plus grands esprits de tous les temps, de Mircea Eliade à Kant, de Nietzsche à Schopenhauer, puis de Freud à Jung. Allant de ville en ville, de lueurs en lumières, de réponses en réponses, de cendres en étincelles...

Un voyage en philosophie et en psychologie...
B
 Les Raisons de vivre
Yves Couturier est l’auteur de nombreux romans, tous écrits avec générosité, humour, engagement et poésie. Poésie au sens réel du mot, celle qui tire simplement les larmes. Dans ce roman Yves raconte le quotidien d’une mère et de sa petite fille dont le mari et père est en prison. Tour à tour Yves Couturier est la mère ou la petite. Scabreux défi qu’il relève, maître contorsionniste, avec son cœur d’abord, son talent ensuite. Bourré de belles phrases et de belles idées un texte d’une rare sensibilité qui ne peut que toucher.

La face cachée de la prison...
B
 Les Raisons de vivre
Robert Schwint est né à Montbéliard dans une famille très modeste de 3 enfants. Il fréquente les mouvements de jeunesse protestants et grandit au milieu des copains de la rue de Belfort. Après son brevet élémentaire, il est reçu à l'Ecole Normale d'Instituteurs de Besançon où il passe ses deux bacs : moderne et sciences expérimentales. Musicien et sportif, il est vite apprécié comme meneur d'hommes. Il fait une carrière d'enseignant dans le Haut Doubs et crée en 1952 un cours complémentaire Public au Russey face à deux établissements privés. En 1959, il est élu Maire de cette commune de 1.500 habitants très conservatrice. Réélu à deux reprises, 1965 et 1971, il s'engage en politique au sein d'un club affilié à la F.G.D.S. puis au Parti Socialiste...

Un parcours politique d'un homme à l'influence discrète...
B
 Les Raisons de vivre
... Lui, moi, vous, eux ? " Depuis la nuit des temps, des êtres humains se sont trouvés dans ta situation. Et comme eux, tu décideras tout seul. Par cette décision, tu choisiras ton camp. " Recueil de nouvelles sur la confrontation permanente de la méchanceté, la brutalité et la gentillesse.

Quand Bernard Fripiat revisite nos travers...
B
 Les Raisons de vivre
Jérôme Mattogalli, dit Matto, né dans une ville volcanique endormie, suicidé dans une des chambres étouffantes de son hôpital psychiatrique, d’où l’on s’échappe vers l’Auvergne, Tanger, Buenos Aires, Dacca, ses propres écrits, pour y revenir immanquablement et assister à sa mise à mort. L’ambition de l’auteur est de témoigner – à travers plusieurs réalités – des joies et des souffrances d’un homme sacrifié, le long d’un récit ni cynique, ni ironique, ni militant, ni engagé, et pourtant cynique, ironique, militant et engagé. C’est un roman biographique, une biographie romancée, de l’ami de toujours que l’auteur veut saluer...

Le chemin de la "folie" et nous...
B
 Les Raisons de vivre
Gilbert Pastore est né à Lyon et après avoir couru le monde, pratiquant tous les métiers, il aime désormais raconter des histoires, dont on ne saura jamais la part autobiographique... ce qui ajoute cette pointe de mystère qui épice si bien ses récits.
Le monde de la Mode... Douceur des soieries pour un monde d'envieux, fines dentelles dans un monde sans pitié.

Gilbert et la mode...
B
 Les Raisons de vivre
La guerre d’Algérie c'était il y a quelques années, à une autre époque. Ils s'appelaient Paul, Amidou, Angelo…
Ils étaient jeunes, pleins de fougue, peut-être même un peu fous !
Un jour ils ont quitté leur village, leur pays pour vivre autre chose. Pour certains la patrie, la France, les rappelait, pour d'autres, l'aventure les appelait, pour tous, ce fameux couvre-chef tant espéré !
La faim, la soif, la sueur et la peur les attendaient dans ce voyage. Ils avaient vingt ans ! Et loin d'en profiter, ils survivaient dans la guerre !
Aujourd'hui ils vivent… dans leurs souvenirs.
Merci à eux d'avoir existé.
"Nous avions vingt ans" est un roman basé sur des témoignages et des anecdotes d'anciens combattants, accompagné d'un cahiers de 60 pages de photos.

La guerre d'Agérie vue par d'anciens commandos...
B
 Palissandre

Réédition de « Palissandre » dans la collection Adélaïde.
«Un vingt-quatre décembre», son premier roman fit découvrir Agnès PAROLA, fille du voyage intérieur. Une écriture comme peu de ceux qui se disent écrivains possèdent. Une fleur de la littérature française, encore ignorée des « botanistes ».

Un suspense psychologique...


B
 Palissandre

Après « Laurie et le souffle du papillon » qui a enchanté le lecteur, De passé compliqué en futur pas toujours simple, Nicole nous fait voyager avec son style, son talent toujours plus généreux. Il a les couleurs de la vie qu'elle veut belle à tout prix. Dans ce nouvel ouvrage, elle raconte la désunion d'une famille, la double vie d'un père recherché après son décès par ses enfants, deux garçons, pour qui le mot « père » ne représente que souffrance. Le trouveront-ils, le retrouveront-ils ? Avec Nicole rien n'est jamais terne ni noir, mais toujours poétique, irisé et juste. Les mots viennent du cœur et adoucissent ses images, ses observations et ses personnages. A parcourir de l'âme...

Un beau retour sur soi...


B
 Palissandre

Après « Lumière d’argile » son premier roman Fatma Omar nous revient auréolée d’une autre lueur, celle de l’espoir de Yamin, un petit garçon de neuf ans, atteint d’une leucémie. De l’hôpital où l’enfant livre bataille on franchit avec Fatma, délicate et pudique, le seuil de la maison aux murs blancs. « La maison blanche » dans laquelle ses habitants, parents, grands-parents et sœurs du petit cancéreux essayent eux aussi de survivre. Elle ne cherche pas à les importuner, ni à violer leur intimité, leur lutte souvent solitaire, leur désespérance et leur espérance. Mettant son talent aigu de narratrice au service de la vérité et de la justice, elle combat avec le petit garçon et sa famille nous enrôlant comme ses guerriers. Et la vie tant bien que mal. La vie obligatoirement ou la mort obligatoirement pour ces habitants de la maison qui n’a de blanc que les murs.

« Sous le soleil couchant, revêtant un sombre gris, la maison prend enfin une couleur raisonnable »

Le combat d'un enfant pour la vie...

B
 Palissandre
Sylvie ne se doute pas que sa rencontre avec Jacques va transformer sa vie en cauchemar. Il a poussé la porte de son univers en l'enfonçant. Cette force, d'abord tranquille, la rassure, la protège. Puis peu à peu, maléfique et envoûtante la bascule dans l'horreur. Mireille Noroy écrit avec précision, simplicité et poésie. Le style très attachant nous met en haleine et rend le récit très percutant. On souffre en découvrant avec elle l'âme de Jacques à jamais perdue. Les mots poignants de Mireille pour décrire Sylvie nous troublent et ne peuvent nous laisser indifférents...

un simple regard et les portes de l'enfer s'ouvrent...

B
 Guerre

Vic cherche de vieilles photos au grenier, tombe sur d’anciennes lettres de sa grand-mère destinées à son amie. Jamais envoyées. Vic découvre la vie, le calvaire de Victorine : elle attendait la guerre, une autre guerre, celle qui devait la libérer. Et Lucien, son époux est mobilisé en août 1914. Il est soldat dans l’âme, guerrier implacable… il revient honoré.

Fort, très fort, la guerre mais "l'autre guerre"...


B
 Guerre

Toujours aussi calme, l’homme retira de son sac à dos une pomme puis un cran d’arrêt de sa poche de jeans. Il appuya sur le bouton de sécurité situé à l’avant du manche en corne du couteau, une lame jaillit hors de sa gaine, longue, tranchante comme un rasoir. Orgueilleuse de sa beauté terrifiante, on pouvait lire gravé « Que ma lame soit mortelle ». C’était une gravure qui remontait paraît-il au milieu du XIIIe siècle, lorsque les Français, sous le règne de Charles d’Anjou occupaient la Sicile, et ironie tragique, elles servirent beaucoup ces lames lors des vêpres miliciennes au début de l’année 1282 pour le massacre de près de deux mille Français. Carlo Bonatti se déplaçait vite, comme un fauve vers ce pourquoi Dieu l’avait créé sans doute, il allait vers le destin des autres et peut-être le sien

Quand Pastore débarque en Corse...


B
 Rew

Au gré d’un souffle étrange des destins ondulent. Instants manipulés par ce murmure instigateur arrivé à l’oreille de Pascal Hassenforder… Il raconte les pouvoirs d’une force mystérieuse, incontrôlable provoquant des changements imprévisibles dans les vies, des rewinds, retours en arrière avec le don d’en transformer des passages, d’en détourner le cours.

Excellent, percutant ! Sur le thème du vol du papillon...


B
Palissandre

Inspirés de faits authentiques, les personnages de ce roman nous ouvrent les arcanes des machinations politiques occultes durant la guerre froide en plein cœur de Rome. Il ne s’agit ni d’une tragédie, ni d’un documentaire-fiction mais d’une histoire réelle, vécue. Grâce à Patrizio Avella nous retrouvons avec délectation une Italie traditionnelle aux mille saveurs mais aussi une Italie en pleine évolution avec ce que cela comporte de drames et de scandales… Guido Gian, un agent des « Servizi » saisit l’opportunité d’une mission pour organiser un évènement spectaculaire et meurtrier dans le but de créer un climat de terreur préalable à un coup d’état militaire.

Un roman noir...


B
Palissandre

« Pluie de deuil » est le second volet de la trilogie « Rome Criminelle » de Patrizio Avella. Dans cet ouvrage inspiré d'évènements historiques vécus, l'intrigue politique reste la toile de fond et les machinations occultes durant la guerre froide en Italie sont relatées avec force, précision et passion.

Le roman noir par excellence...


B
Palissandre

Histoire d’une affaire policière qui naît, vit, bouge et meurt comme un quartier, avec le quartier. Voyage au cœur des hommes qui l’habitent, l’aiment au point de s’aimer entre eux alors qu’ils pourraient se haïr. Emile, le flic, Manolo, le truand, ainsi que Paulo et les autres tentent de sauver une partie de leur passé, de leurs racines. Leurs racines c’est ce quartier de Lyon où ils ont grandi, gendarmes et voleurs, fidèles aux rôles distribués par le destin, fidèles au jeu, aux enfants qu’ils ont été, décidés à respecter la donne jusqu’à la fin.

Lyon devient la capital du crime...


B
Palissandre

Né comme Jean-Charles un treize, un homme mystérieux qui se fait appeler Franck propose, d’une manière insolite au départ puis régulièrement, d’adresser à celui-ci par courrier un ensemble de récits qui pourraient l’intéresser ayant pris connaissance de ses publications dans diverses revues. Il désire lui faire apparaître des coïncidences étonnantes sur ce qu’ils ont vécu tous les deux. Ainsi avec Jean-Charles nous découvrons des personnages extra-vagants, tous porteurs de messages qui de main de Maître enchanteur vont nous conduire au bout de monde… rêve que nous avons tous fait un jour… Gérard OLIVIER, alias Jean-Charles, alias Franck, le réalise, il nous embarque littéralement pour cette destination… Voyage spirituel, initiatique et philosophique au cours duquel une grande lumière se fait en nous, à l’intérieur. Chavirés et intrigués, nous avons franchi les portes de véritables royaumes inconnus nous révélant l’univers de l’invisible. Les mots de Gérard véhiculent chaleur, générosité, avec une sorte de nécessité, d’évidence comme les veines véhiculent notre sang.

Les portes de l'ésotérisme s'ouvrent à nous dans ce roman...


B
Shalom

Vous suggérer une destination, vous en dévoiler un peu de son âme avec tout son cœur, telle est la devise du «Trotter passion», un guide que vous propose Sylvain Gallet.
«Shalom Israël» est le premier d’une série originale et pour débuter, ce n’est pas par hasard que le choix s’est porté sur Israël. Terre charismatique, de richesses, de chaleur, de diversité, terre qui répond exactement à l’ambition de cette collection : aimer et faire aimer.
Même s’il n’a pas l’envergure ni la puissance d’un Airbus, ce petit souffle vous fera décoller.

Sylvain Gallet est né en 1980 à Lons le Saunier dans le Jura. D’une formation dans le tourisme, le goût du voyage, de l’évasion est une évidence pour ce passionné, avide de découvertes et de nouveaux horizons.

Un voyage en terre trop méconnue...


B
Palissandre

Après « Laurie et le souffle du papillon » qui a enchanté le lecteur, le « Passé compliqué » qui l’a conduit au Maroc, Nicole Tourneur l’emmène cette fois au Mexique, « Terre brûlante » qu’elle vénère. Elle parvient à faire partager sa passion pour ce pays à travers les personnages qui y vivent ou le vivent, générations après générations, voyageurs ou non, brûlant d’amour, de révolte ou de rien. Nicole allume le feu, un feu qui avec elle, crépite et réchauffe toujours.

Un voyage dans le temps et l'espace...


B
Palissandre

« Transsibérien », nouveau roman de Stéphane Boudy après « L’exuvie », « les figurants », « l’avion musique ». Stéphane est un auteur, un écrivain, un homme qui « rôde » dans la vie comme dans les phrases pour ne pas en appesantir le sens ni la forme. Dans cet ouvrage on le ressent encore plus que dans les autres. Il raconte, décrit l’Asie bien-sûr. Avec lui ça coule de source on prend le Transsibérien et on part. Puis on voit comme lui, on pense comme lui. C’est une évidence, c’est son talent à Stéphane. Il effleure, il égratigne avec l’art de nous faire regretter notre superficialité et en même temps nous y réfugiant vite fait.

Un voyage pas comme les autres...


B
Palissandre

L’être humain est ce qu’il est et le demeurera avec ses variantes jusqu’à la fin des temps, c’est bien ainsi. Tout va bien. Il y a l’être humain avec ce qui l’arrange, le bon, le mauvais, la connerie et le génie. Ça fait partie de notre monde. L’histoire peut commencer. Ah oui, une petite chose : dans ce livre, tout est faux, les personnes, les lieux, les événements. La Corse existe-t-elle? Oui, je crois en avoir entendu parler. C’est un beau, très beau paradis. Au fait, les morts désirent-ils vraiment être vengés ?

Un roman policier de Gibert Pastore... grand auteur de polar.


B
Palissandre

15 nouvelles inédites, lauréates ex aequo, du concours lancé par les Editions GUNTEN dont l’ordre d’apparition correspond à celui des mois de l’année. S’ajoutent deux nouvelles « prix spécial » pour fermer cet ouvrage original comme un couvercle sur un écrin. L’ouvrir, c’est découvrir 17 talentueux auteurs

Un recueil a déguster sans modération.


B
Palissandre

Dans toute l’histoire de l’humanité, aussi loin que l’on remonte dans le temps, jamais dans les mémoires il n’y eut plus grande confusion générale générée par un seul homme ! Roman humoristique sur l’idée qu’un jour un « traficoteur génético-scientifico-inconscient » devienne créateur d’un autre monde.

Quand Gilbert Pastore nous raconte une histoire folle et amusante...


B
Palissandre

Charnière de la vie de trois femmes, ce vingt-quatre décembre va bouleverser des vies, si paisibles. « On reste indulgent envers les maladresses d’un premier amour. Ce ne fut pas son cas. ».

Pour les amateurs de belle littérature...


B
Palissandre

Emmanuelle, sa nièce de quinze ans, a été violée et assassinée dans la nuit du 17 au 18 janvier 1996, à Garons, dans la banlieue nîmoise …

Quand le drame arrive, Geneviève, fidèle à elle même, ravale sa haine, et engage un combat pour dire non à la violence. Elle devient présidente de la « FPASVV » (Fédération Pour l'Aide et le Soutien aux Victimes de la Violence).
Objectifs : accompagner la douleur des familles et rappeler les pouvoirs publics à leur devoir de prévention et de répression.

Les actions menées par Geneviève-Pascale CELANT pour obtenir de nouveaux droits pour les victimes, ont été reconnues. Elle a reçu des mains de Monsieur le Ministre de la justice Pascal CLEMENT la décoration de Chevalier de la Légion d’Honneur le 25 avril 2007 et de celles de Monsieur le Président de la République Nicolas SARKOZY, la décoration de Chevalier de l'Ordre National du Mérite.

B

Panier plus
vide
Copyright Editions Gunten 2005-2016 Tous droits réservés - Mentions légales